Actualités

15 fév. 2017

Nouvelles

L’escouade JPS : une équipe de superhéros

L’escouade JPS est composée de superhéroïnes et de superhéros qui ont surmonté plusieurs difficultés et qui, malgré les défis, ont consenti de nombreux efforts pour se lancer sur la voie de leurs rêves et devenir des modèles de persévérance.

Pour une 5e année consécutive, ces jeunes adultes remarquables sillonnent l’île de Montréal tout au long des JPS pour livrer, avec courage et générosité, leur témoignage de résilience dans le but d’inspirer les jeunes à persévérer.

escouade_web.jpg
Manel, Simon et Christine, accompagnés du ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, M. Sébastien Proulx, au lancement montréalais des Journées de la persévérance scolaire (Photo: Sylvain Légaré)

C’est avec grande fierté que nous vous présentons ces modèles inspirants :

Jean-Sébastien

Dès le primaire, Jean-Sébastien cumule les retards et les échecs scolaires en raison, notamment, d’interventions chirurgicales répétées et de difficultés académiques. À 15 ans, il décroche en secondaire 3 et baignera pendant 12 ans dans le milieu de la drogue avant de se reprendre en main. Il retourne alors sur les bancs d’école dans un centre d’éducation des adultes. Aujourd’hui, il travaille dans la restauration, tout en réalisant un DEP en électricité afin de reprendre la compagnie de son oncle. Ce rêve est en voie de se réaliser !

Escouade2016_JeanSebastien.jpg

 

Christine

Pauvreté, violence, familles d’accueil, difficultés d’apprentissage, diagnostic tardifs… Et décrochage scolaire ! Ouf, Christine n’a pas eu la vie facile jusqu’à maintenant ! Cette jeune femme fait preuve d’une résilience incroyable. Huit ans après son entrée au centre d’éducation des adultes Le Moyne-D'Iberville sur la Rive-Sud, elle termine son secondaire 5. Alors que plusieurs doutent de ses capacités à suivre le rythme au collégial, elle tient bon et s’inscrit au Cégep du Vieux-Montréal. Depuis 2010, elle étudie en technique d’intervention en loisirs qu’elle adore. Malgré de nombreux défis, elle enrichit son parcours de cours préuniversitaires en sciences humaines pour mieux poursuivre son rêve.

 Escouade2016_Christine.jpg

  

Simon

Durant son enfance et son adolescence, Simon pratique son sport préféré : le hockey. Malheureusement, il subit 4 commotions cérébrales à l’adolescence qui ont un impact négatif sur son apprentissage scolaire. Dès son entrée au secondaire, les difficultés apparaissent : absentéisme répété, retards et échecs scolaires cumulés. Il fréquente plusieurs écoles secondaires, ce qui n’aide en rien la situation scolaire. Sa motivation est au plus bas. À 16 ans, il s’inscrit dans un centre d’éducation des adultes mais il finit par décrocher pour de bon. Il devient « dépendant » des jeux vidéo en ligne et vit de l’anxiété. Il reçoit de l’aide professionnelle pour s’en sortir, reprend confiance en lui et retrouve sa motivation en s’entraînant au « gym ». Il s’inscrit à nouveau à l’éducation des adultes où il vit des réussites. Simon obtient ensuite son DEP en informatique à l'École des métiers de l'informatique du commerce et de l'administration (EMICA). Depuis un an, il travaille à temps plein comme analyste informatique pour la compagnie CGI.

 Escouade2016_Simon.jpg

 

Manel

D’origine algérienne, Manel a 25 ans et elle est arrivée au Québec à l’âge de 17 ans avec ses parents. Elle obtient une équivalence d’études de secondaire 4 et elle commence à fréquenter une école secondaire à Montréal. Après moins d’un an, ses parents retournent en Algérie et elle prend la décision de demeurer au Québec mais de quitter l’école. Elle choisit d’aller sur le marché du travail où elle a occupé deux emplois simultanément pendant plus de 3 ans. Elle commence à avoir mal au dos car elle travaille trop. Elle réalise aussi que les conditions de travail sans avoir un diplôme en poche ne sont pas idéales. À l’automne 2013, elle décide de reprendre ses études au centre Sainte-Croix, où elle obtient son DES. Manel étudie présentement en éducation spécialisée au Cégep du Vieux-Montréal et fait également du bénévolat auprès de personnes âgées ainsi qu’auprès d’enfants du préscolaire et du primaire.

 Escouade2016_Manel.jpg

 

Lory

Lory est issue d’une famille qui valorise l’école et a eu un parcours scolaire « classique », c’est-à-dire régulier, jusqu’en secondaire 4. En raison d’importantes difficultés en mathématique, son école secondaire d’origine la transfère à l’éducation des adultes, où elle est rétrogradée. Lory a alors 16 ans et à partir de là, sa vie change. Découragée d’avoir à reprendre des cours déjà faits au secteur des jeunes, sa motivation scolaire baisse, elle subit une mauvaise influence de ses pairs et elle s’absente de plus en plus jusqu’à ce qu’elle décroche à l’âge de 17 ans. A 19 ans, elle décide de retourner aux études, mais apprend qu’elle est enceinte et que sa grossesse est à risque. Encore une fois, elle quitte ses études. Lory a maintenant 24 ans et elle a obtenu son DES au Centre Champlain. Depuis, elle étudie en techniques juridiques au Collège O'Sullivan, par la suite, elle souhaite continuer ses études universitaires en droit car elle veut devenir notaire.

 Escouade2016_Lory.jpg

 

Merci à nos superhéroïnes et à nos superhéros de l’escouade JPS d’être une source d’inspiration pour les élèves montréalais !

 

Dans la même rubrique :

Le saviez-vous?

26% des décrocheurs québécois sont à Montréal.

Cela représente 2577 jeunes montréalais qui ont quitté l'école sans diplôme en 2013. 

--

>>> Pour un ...

Les organisations témoignent

«Rien de mieux que la reconnaissance»

Participer aux JPS, qu’est-ce que ça apporte à vos participants?

« Rien de mieux que la ...

© Réseau Réussite Montréal, 2017
www.reseaureussitemontreal.ca